Vous avez un projet de reconversion professionnelle, mais vous ne voulez pas (encore) quitter votre emploi ou votre entreprise. Vous souhaitez dégager du temps pour travailler sur votre projet ou vous former, tout en gardant un filet de sécurité. Sachez que plusieurs dispositifs existent pour vous faciliter la vie. Petit état des lieux non exhaustif :

La reconversion professionnelle lors d'un Congé Sabbatique

Le congé sabbatique est un congé pour raisons personnelles dont la demande n’a pas à être justifiée. Vous pouvez demander de 6 à 11 mois de congés, qui seront non rémunérés. A l’issue de votre congé sabbatique, vous retrouvez votre poste (ou équivalent) et votre salaire. Voici les conditions pour pouvoir bénéficier d’un congé sabbatique :

  • Justifier d’une expérience professionnelle d’au moins 6 ans (dans l’entreprise actuelle ou non)
  • Avoir au moins 36 mois d’ancienneté, consécutifs ou non, dans l’entreprise actuelle
  • Ne pas avoir bénéficié dans les 6 dernières années d’un autre congé sabbatique, d’un congé pour création d’entreprise ou d’un congé individuel de formation de plus de 6 mois.

Durant votre congé sabbatique, vous pouvez monter votre propre entreprise ou travailler pour un autre employeur, à condition de respecter les règles de non concurrence.

La reconversion professionnelle lors d'un Congé Sans Solde

Tout le monde connaît le congé sabbatique, mais il reste contraignant dans ces conditions de réalisations. Peu de personnes pensent à directement demander un congé sans solde à leur employeur, ce qui pourtant me semble un excellent compromis ! A condition d’avoir un employeur compréhensif bien sûr !

Le congé sans solde n’est pas réglementé par le code du travail. Tout est une histoire de négociation avec son patron. Vous n’êtes donc pas limité à une période de 6 à 11mois, vous pouvez demander plus, ou moins ! Vous n’avez pas non plus à justifier de 6 ans d’expérience professionnelle et de 36 mois d’ancienneté, ce qui est parfait pour tous les jeunes diplômés qui veulent explorer un projet personnel après seulement quelques années de vie active ! Durant ce congé, non rémunéré comme son nom l’indique, vous pouvez même exercer une autre activité professionnelle à condition de respecter les règles de non concurrence.

A l’issue du congé sans solde, vous retrouvez votre poste et votre rémunération. Tout est donc basé sur un accord et une entente entre le salarié et son employeur. N’oubliez pas que l’entreprise a bien souvent intérêt à vous accorder votre congé plutôt que de vous voir partir ou rester en déprimant !

La reconversion professionnelle lors d'un Congé pour Création d’Entreprise, à temps partiel ou complet

Une autre bonne solution si vous voulez créer votre propre entreprise, tout en continuant (éventuellement) à avoir des revenus et en étant sûr de retrouver votre emploi si votre projet échoue. Vous pouvez demander un congé pour création d’entreprise dans les cas suivants :

  • Avoir 24mois d’ancienneté dans l’entreprise, consécutifs ou non
  • Avoir un projet de créer ou reprendre une entreprise en en détenant le contrôle total

Vous pouvez demander un congé à temps complet, et donc non rémunéré, ou bien à temps partiel, et vous conserver votre rémunération au prorata du temps travaillé. Ce congé a une durée fixée à un an renouvelable une fois.

A l’issue de la période de congé pour création d’entreprise, soit vous décidez de vous consacrer pleinement à votre projet et le contrat de travail est rompu sans conditions de préavis, soit vous décidez de réintégrer votre entreprise et vous retrouvez votre emploi et votre salaire.

Bien sûr, vous n'avez de comptes à rendre à personne, et cela marche pour n'importe quel projet de création d'activité, même en auto ou micro-entreprise.

L'auto-entreprise est d'ailleurs souvent le meilleur moyen de se lancer de façon sécurisée afin de faire croître tranquillement son activité. Pour en savoir plus à ce sujet :

"Auto-Entrepreneurs : la boîte à outils complète pour maîtriser et réussir votre lancement !"

La reconversion professionnelle avec un Congé Individuel de Formation (CIF)

Si vous savez déjà quel est votre projet de reconversion professionnelle et que vous avez identifié une formation à suivre, ce dispositif génial est fait pour vous.

Les conditions pour bénéficier de ce type de congé sont très légères :

  • Justifier de 24 mois d’expérience professionnelle
  • Avoir 12 mois d’ancienneté dans l’entreprise, consécutifs ou non
  • Ne pas voir bénéficié d’un autre CIF depuis 6 ans

Si vous respectez ces prérequis, votre employeur ne peux pas vous refuser votre CIF. Mais l’énorme avantage du CIF repose sur sa double garantie sécurité :

  • Vous êtes sûr de retrouver votre emploi et votre salaire à l’issue du CIF
  • Vous pouvez vous faire financer votre CIF par des organismes tels que le FONGECIF ! En effet, si votre dossier est accepté, ces organismes peuvent prendre en charge non seulement les frais de formation et de déplacement, mais vous pouvez également conserver une rémunération équivalente à 80 à 100% de votre salaire ! Elle n’est pas belle la vie !

Plus d'infos ici pour savoir comment fonctionnent le CIF et le Fongecif.

En conclusion,

Quelle que soit votre situation, vous trouverez en France un dispositif qui vous convient pour travailler sur une éventuelle reconversion professionnelle !

Pour rappel face à une demande toujours plus forte et toujours plus précise, notre experte RH Lucette Stamm vous propose de vous accompagner dans la négociation avec votre employeur pour partir confortablement ou bénéficier d'un de ces dispositifs.