Notre travail, même si il nous gonfle et que nous voulons en changer, nous apporte quand même quelques éléments essentiels à ne pas négliger : un revenu, un statut social, un réseau, une occupation.

Ces quatre points sont essentiels et devront être maintenus durant tout projet de reconversion professionnelle. Vous comprendrez que succomber au ras-le-bol en claquant la porte de son entreprise du jour au lendemain, en démissionnant et sans plan pour la suite peut être dangereux. Vous risquez de vous trouver rapidement sans argent, seul dans votre appartement à vous ennuyer à mourir sans trouver la force ni les moyens de passer à autre chose…

Anticipons et tâchons d’éviter ce scénario, certes libérateur sur le moment, mais peu constructif !

Nous sommes, en France, dans un pays génial qui nous protège et nous permet de toucher des allocations chômage sous conditions. Nous verrons en fin d’article que, contrairement à beaucoup d'idées reçues, nous pouvons même toucher le chômage après une démission, sous conditions…

Explorons donc ensemble tous les dispositifs pour quitter un emploi dans des conditions optimales !

Le Saint Graal : La Rupture Conventionnelle

La rupture conventionnelle est un accord de cessation du contrat de travail entre le salarié et son patron. Il donne droit aux allocations chômage et l’employeur est dans l’obligation de vous verser au minimum les indemnités de licenciement prévues par la convention collective en vigueur. Il vous doit aussi vos congés payés non pris et si vous négociez bien, vous pouvez encore récupérer quelques mois de salaire via un accord transactionnel par exemple. Vous n’êtes pas obligé de faire votre préavis, il faudra vous mettre d’accord avec votre entreprise. En résumé, vous avez droit au chômage, vous bénéficiez d’un petit ou d’un gros chèque de la part de votre entreprise, vous partez en bons termes et vous pouvez être libéré rapidement. Le top !

N’hésitez plus à demander une rupture conventionnelle à votre patron. N’oubliez pas qu’une entreprise a plutôt intérêt à vous voir partir dans de bonnes conditions plutôt que de vous laisser déprimer dans votre coin, à pourrir l’ambiance et à diffuser votre malaise aux autres salariés !

Pour vous aider dans vos démarches, rappelez-vous que nous pouvons vous aider à négocier de façon optimale votre rupture conventionnelle, voire un accord transactionnel. Cliquez sur les liens pour en savoir plus !

Un bon plan : le Licenciement

Il est bon de savoir que toute forme de licenciement, même pour faute grave ou lourde, donne droit aux allocations chômage ! Nous ferons des articles plus détaillés sur le chômage et sur le licenciement, mais en attendant, sachez que les différentes causes de licenciement influent uniquement sur ce que peut ou doit vous donner votre entreprise et sur la réalisation ou non d’un éventuel préavis. Elle n'impacte pas du tout vos droits au chômage. Encore une fois, quelle que soit la cause de votre licenciement, vous toucherez vos allocations !!!

Je ne vous invite bien évidemment pas à commettre volontairement une faute grave, c’est quand même risqué et pas très fair-play, mais sachez repérer les opportunités de licenciement. Les plans de départ volontaire pour cause économique ou restructuration sont souvent les meilleurs plans, avec de gros chèques à la clé !

Avant de créer Cap Cohérence, j’ai moi-même quitté mon entreprise après un licenciement pour cause réelle et sérieuse : mon service a été restructuré et on m’imposait une mobilité géographique dans une région qui ne me convenait pas. J’ai refusé cordialement et on m’a licencié. Et pour l'anecdote, c'est donc grâce à ce licenciement et aux avantages inhérents que le site sur lequel vous naviguez a pu voir le jour !

Et si la démission est l’unique solution envisageable ?

Parfois, seule la démission est envisageable. J’ai pour exemple une connaissance qui voulait provoquer un licenciement car était très malheureuse dans son job. Elle a donc tout simplement arrêté de venir travailler. Au lieu de la licencier, son patron a purement et simplement arrêté de lui verser son salaire, ce qui est légal. Elle s’est ainsi retrouvée sans revenus, en situation de détresse émotionnelle forte, sans pouvoir s’inscrire à Pôle Emploi.

Bref, la démission est parfois nécessaire. Malheureusement, lorsque l’on quitte son emploi de manière volontaire, l’entreprise ne nous donne rien et le chômage ne nous indemnise pas… en théorie ! Car en pratique, il existe des cas où on peut récupérer notre droit au chômage. Parmi les plus courants ou les plus faciles à mettre en œuvre :

- Si vous déménagez pour suivre votre conjoint qui va occuper un nouvel emploi (une seule attestation de concubinage et une preuve de vie commune suffisent, pas besoin d’être mariés ou pacsés)

- En cas de mariage ou de Pacs qui entraîne un changement de résidence (le délai entre la démission et la date de l'heureux événement doit être inférieure à 2 mois, dans un sens comme dans l’autre)

Il existe d’autres raisons mais elles sont moins glamours. Pour en en savoir plus, c'est ici.

En résumé, étudiez l’opportunité de déménager à deux ou de vous pacser avec un ami ou membre de votre famille qui habite loin ;-) Ici aussi, manque de glamour, mais, en fonction des priorités, à chaque combat sa stratégie !

Et si vous ne rentrez toujours pas dans les cas de démission donnant droit à une indemnisation chômage ?

Pas de panique. Vous pourrez présenter votre dossier au bout de 4 mois de recherche d’emploi à Pôle Emploi qui réétudiera votre cas. En général, si vous prouvez que vous êtes en recherche active d'un emploi (en fournissant un CV actualisé, des copies de lettre de motivation envoyées, ou de réponses négatives suite à des candidatures) vous aurez droit à vos allocations. Il vous faudra alors vous assurer que votre épargne vous permettra de tenir 4 mois sans revenus !

Bien sûr, il se peut que vous ne puissiez quand même pas bénéficier de ces bons plans. Dans ce cas, je vous invite à prendre connaissance de l'article suivant :

- Comment financer sa reconversion professionnelle ?

Dans le cas où vous souhaiteriez quitter votre job pour vous lancer à votre compte, il peut être intéressant de démarrer votre activité en parallèle en auto-entrepreneur, puis de la faire tranquillement grossir jusqu'à ce qu'elle puisse financièrement prendre le relais de votre ancien job.

Si cette stratégie vous tente, je vous invite à approfondir le sujet ici :

"Auto-Entrepreneur : la boîte à outils complète et idéale pour maîtriser et réussir son lancement!"

Sachez enfin que quitter son job du tout au tout n'est pas forcément la solution la plus appropriée pour un projet de reconversion professionnelle. Il existe d'autres dispositifs intéressants que je détaille ici :

4 Dispositifs pour travailler sur sa reconversion SANS quitter son entreprise !

En conclusion, nous nous plaignons souvent de payer beaucoup d’impôts en France, surtout en ce moment, mais cela nous permet en retour d’avoir, entre autres, de nombreuses possibilités sécurisées pour changer de travail et de vie si nous le voulons. Profitez-en !

Peut-être connaissez-vous d'autres bons plans ?

Comme le partage est essentiel, je vous donne la parole : racontez-nous vos stratégies !

Comment avez-vous quitté votre entreprise (ou allez-vous le faire) pour vous consacrer à votre reconversion professionnelle ? Pour quelles raisons ?

Je ferai une synthèse des meilleurs plans dans un prochain article...

Et face à la demande toujours plus forte et toujours plus précise de conseils concernant l'ensemble de ces dispositifs, n'oubliez pas que vous pouvez solliciter notre équipe et contacter Lucette Stamm, ancienne DRH, reconvertie dans le conseils RH aux salariés, et qui saura répondre à toutes vos questions et vous aider à négocier votre départ !

Pour rappel, Cap Cohérence est un réseau de professionnels dont l'objectif est de vous aider à penser et concrétiser un changement de vie professionnelle dans un but d'épanouissement et de développement personnel et professionnel.

Ainsi, nous saurons vous aider à négocier votre départ en toute bienveillance, de façon gagnante/gagnante pour vous et votre employeur, et dans une attitude de respect des règles et de votre patron. Cette prestation est une prestation professionnelle de qualité, elle est donc payante.

Enfin, suite à de nombreux abus, sachez que nous ne répondrons pas aux demandes du type "comment forcer un licenciement", "comment faire un abandon de poste", etc... cela ne correspond pas à nos valeurs ni à notre philosophie.