Vous souhaitez quitter votre job et demander une rupture conventionnelle à votre boss ?

Vous vous demandez comment procéder ? Par quoi commencer ? Quels arguments avancer pour le convaincre ?

Négocier une rupture conventionnelle : La réponse en 4 points clés …

1. Négocier en face à face

N’oublions pas que la rupture conventionnelle suppose l’accord de votre employeur. Il est donc essentiel que votre employeur ait un intérêt, lui aussi, à signer. Il ne signera pas juste pour vous faire plaisir !

L’objectif est donc de construire un argumentaire sur le mode « gagnant-gagnant ».

La demande va donc passer par une négociation en face à face, bien préparée et bien argumentée. Il faut convaincre du bien fondé de votre demande et surtout de l’intérêt de l’entreprise à accepter. Cette négociation ne peut donc se faire que lors d’un entretien. La demande par courrier n’est donc pas indiquée.

Veillez, lors de la fixation de ce rendez-vous à vous assurer que vous aurez le temps suffisant pour négocier. Les rendez-vous à 11 h 45 sont à éviter …

2. La règle d’or : Ne pas demander d'emblée une rupture conventionnelle

Si la qualité des arguments est importante, il est impératif de veiller à ne pas commettre certaines erreurs dans la présentation de votre demande de rupture conventionnelle.

Lors de la prise de rendez-vous, surtout n’annoncer pas d’emblée que vous souhaitez une rupture conventionnelle ! Vous risqueriez « le refus immédiat ».

En effet, votre employeur, n’ayant pas mesuré son intérêt à signer, risquerait de refuser. Et il serait bien plus compliqué de le faire changer d’avis après coup.

3. Choisir le bon moment pour demander une rupture conventionnelle ?

Y a-t-il des périodes à éviter ?

Une rupture conventionnelle peut se demander à tout moment. Ou presque …

Question fréquemment posée : peut-on signer une rupture conventionnelle durant un arrêt maladie ? La réponse est oui.

La rupture conventionnelle peut se signer à tout moment durant l’exécution de votre contrat de travail : pendant les congés, les arrêts maladie ou tout autre type d’absence.

Par contre, il faut veiller à éviter certaines périodes. Il est important, par exemple, de tâter la température de l’humeur de votre patron. S’il vient d’apprendre une mauvaise nouvelle ou que sa réunion de Comité d’Entreprise s’est mal passée ou encore s’il s’est levé du pied gauche, il vaut mieux reporter au lendemain.

Il faut également tenir compte de certaines périodes de l’année : ce ne sera pas le moment si votre entreprise est dans une période de bilan, d’audit, de visite clientèle, …

4. Choisir les bons arguments pour demander une rupture conventionnelle

Evitez tous les arguments de type personnel. Exemples : j’ai un projet professionnel, je vais créer ma propre entreprise, les temps de trajet sont trop longs, j’ai envie de consacrer plus de temps à mes enfants, …

Même si tous ces arguments sont justifiés et constituent la raison de votre demande, n’en dites rien ! Votre employeur vous écouterait probablement avec beaucoup d’intérêt, voire d’empathie, mais il vous répondra « je comprends, mais dans ce cas, démissionnez ! ».

Il convient donc d’avancer des arguments qui tiennent du domaine professionnel. Il faut que votre employeur ait un intérêt à se séparer de vous ou un intérêt à le faire sous forme de rupture conventionnelle.

En résumé, les 4 points clés pour négocier une rupture conventionnelle :

  1. Négocier en face à face et ne pas faire sa demande par écrit
  2. Ne pas annoncer d’emblée une demande de rupture conventionnelle, sous peine de « refus immédiat »
  3. Choisir la bonne période
  4. Eviter les arguments de type personnel

Besoin d’aide dans votre démarche ? Parlons-en ensemble, contactez moi pour construire votre argumentaire !