La question du sens au travail apparaît de plus en plus fréquemment dans la presse spécialisée. Le déficit de sens étant identifié comme une cause de mal-être, de faible engagement et de moindre performance individuelle et collective, elle devient centrale pour les entreprises et pour les salariés. Certains, en particulier ceux qui ont des attentes élevées par rapport à leur activité professionnelle, choisissent de se reconvertir pour retrouver du sens au travail. Mais cette notion de « sens au travail » revêt plusieurs dimensions. Explorons trois d'entre elles pour mieux faire le lien entre souhait de reconversion et envie de retrouver du sens au travail.

Retrouver du sens au travail grâce à l'activité de son entreprise

Nombre d'entreprises ont défini clairement leur finalité, ont formulé un « mission statement » comme disent les anglo-saxons. La formulation est plus ou moins attractive, plus ou moins proche de la réalité, … plus ou moins en accord avec notre carte du monde. Cette finalité représente la contribution spécifique que l'entreprise a choisi d'apporter. Certains d'entre nous recherchent une sorte d'affectio societatis avec cette contribution. Ainsi, des personnes fortement tournées vers l'aide à autrui, décideront-ils de travailler dans l'humanitaire et nulle part ailleurs. Des personnes très impliquées dans les problématiques environnementales chercheront à tout prix à rejoindre des entreprises du secteur. Et ce, quel que soit leur métier à l'intérieur de telles organisations. Faire correspondre certaines de ses aspirations personnelles avec l'objet de l'entreprise est une des voies pour retrouver du sens au travail.

Retrouver du sens au travail dans l'exercice de son métier

Nous avons fait des études, eu une première expérience professionnelle qui nous ont formé à l'exercice d'un métier. Il arrive que ce métier soit une passion véritable et durable, qui anime toute la vie professionnelle de la personne et qui lui donne son sens. Parfois, il s'agissait d'une orientation de raison plus que de cœur ou alors la passion s'éteint après quelques années. Dans ces moments, nous sommes enclins à penser qu'il nous faut nous ré-orienter pour retrouver du sens au travail. La question centrale à se poser est : qu'est-ce que j'aime faire ? Et ce, le plus concrètement possible. S'agit-il de résoudre des problèmes techniques, d'animer des réunions, de créer des nouveaux produits, de négocier, de transmettre un savoir, de cuisiner, de rénover des meubles, … ? Comme chaque métier demande de mettre en œuvre plusieurs compétences, il vaut mieux que notre liste comporte plusieurs lignes... Ce qui est une difficulté car nous sommes limités par le champ de nos expériences pour identifier ce que nous aimons faire. Ici, un conseil s'impose donc : dès que nous avons une idée de métier que nous pourrions aimer « faire », le meilleur moyen de s'en assurer est d'aller à la rencontre de professionnels de ce métier et de les interviewer pour connaître le plus précisément possible ce qu'ils font au cours d'une journée, d'une semaine, d'un mois, d'une année. Après seulement, nous pouvons avoir une représentation suffisamment fine de leurs actions concrètes pour savoir si ce métier est pour nous une voie pour retrouver du sens au travail.

Retrouver du sens au travail en se connectant à ses aspirations personnelles

A quoi ai-je personnellement envie de contribuer ? Qu'ai-je envie d'apporter pendant mon temps professionnel (mais aussi pendant mon temps privé) ? Quelle est ma mission personnelle ? Qu'est-ce qui est essentiel pour moi d'apporter pour être en accord avec mes valeurs et mes convictions profondes ? Répondre à ces questions est essentiel pour retrouver du sens au travail durablement et pouvoir s'orienter avec le plus de justesse possible. Et cette réponse n'est pas définitive, nous avons intérêt à la faire vivre, à la sculpter et à la préciser au gré de nos expériences. Aujourd'hui, voici comment je formule ma mission : « aider à progresser en favorisant les conditions d'épanouissement ». Et vous ? Comment formulez-vous la vôtre ?

Une fois que vous obtenez une formulation satisfaisante pour vous, les dernières étapes consistent à choisir dans quel métier et dans quel type d'entreprise en terme non seulement d'activité mais aussi de valeurs et de culture cette finalité a le plus de chance de s'exprimer concrètement, et enfin, si besoin, de mettre en accord vos compétences pour atteindre cette étoile...

Le travail de coaching, pour ceux qui ont perdu leur étoile, consiste à la retrouver et à s'y accrocher pour avancer dans une direction qui fait sens pour eux.

Et vous, à quelle étoile vous accrochez-vous ? Comment formuleriez-vous votre mission ? Utilisez les commentaires pour nous en faire part et nous dire comment vous vous sentez lorsque vous l'écrivez.