L’Ikigaï peut-il m’aider à trouver une voie professionnelle qui me convienne ? Je tourne en rond dans ma vie professionnelle. Ça me pose question car je gagne bien ma vie, j’ai un job stable mais je ne me sens de plus en plus mal à l’aise.

Une prise de conscience partagée qui met l’Ikigaï au goût du jour

Faites-vous partie des 46% des salariés qui se sentent stressés au travail ? Ou pire des 20 % qui vont travailler avec la boule au ventre ? (sondage réalisé par le groupe ADP – Solutions RH en 2019).

Harcèlement, course à la productivité, organisations oppressantes, le procès de France Télécom met en relief l’urgence de réfléchir aux conditions de travail des travailleurs français. Et ce ne sont pas des consoles de jeu ou un babyfoot installés dans la salle de détente qui y changeront grand-chose.

Quel est finalement le sens de tout cela ? En attendant que toutes les entreprises aient défini leur Ikigaï (ou raison d’être), telle que la Mission Notat-Sénat le préconise, je vous conseille de vous y mettre vous-même. Et ce dès à présent…

stress

Qu’est ce donc que ce concept d’Ikigaï ?

Le concept de l’Ikigaï vient du Japon.

Littéralement, “iki” signifie “vie” et “gaï” veut dire “qui vaut la peine”. C’est une vie dans laquelle on se sent “complètement aligné avec soi-même dans tous les domaines”, où on se dit « Je suis là où je dois être ». D’après les japonais, tout le monde possède un Ikigaï, une mission de vie. Celle-ci évolue régulièrement au cours de notre vie. Votre Ikigaï à 20 ans ne sera donc pas le même que votre Ikigaï à 40 ans. Il faut donc le refaire régulièrement car vos missions évoluent. Selon les habitants d’Okinawa, l’île japonaise qui compte de nombreux centenaires en bonne forme physique et mentale, c’est la raison pour laquelle nous nous levons le matin.

Raison d'être

Mais en quoi l’Ikigaï va-t-il m’aider à y voir plus clair dans mon projet d’évolution professionnelle ?

Réaliser votre Ikigaï est une démarche d’introspection qui permet d’explorer différentes dimensions de votre relation au monde et trouver le point central idéal sur lequel concentrer toute votre attention et vos efforts pour vivre longtemps heureux et serein.

Vous ne ferez plus les choses de la même façon…On a tous assisté, à un moment ou à un autre, à une réunion dont on ne savait ni pourquoi elle avait lieu, ni pourquoi on y était convoqué…en un mot, elle n’avait pas de sens. Trouver votre Ikigaï va vous permettre de mettre du sens dans ce que vous faites au quotidien. Dans le cas de cette réunion, vous vous poserez la question de savoir si vous y allez et dans quel but vous y allez. Vous saurez argumenter si vous n’y allez pas. Bon, ce n’est pas toujours aussi simple, continuons…

Dans le cas d’une recherche d’emploi ou d'une reconversion professionnelle, la découverte de votre Ikigaï va vous permettre d’éviter certains écueils.

Citons par exemple :

  • La sécurité financière : un de mes clients voulait se reconvertir dans le développement informatique car il savait que les débouchés étaient nombreux et les salaires corrects. Cependant, en se penchant sur ce qu’il aimait, ce pour quoi il était doué et les besoins du monde, il n’a cité l’informatique qu’une fois, ce qui est évidemment insuffisant pour prévoir d'en faire sa raison d’être professionnelle.
  • Le prestige : attention à ne pas vous fourvoyer dans un métier qui peut faire rêver (notamment les parents ou les proches qui ont ou auraient voulu faire cela étant plus jeunes) qui ne correspond pas à une réelle envie de votre part.
  • La compétence : ce n’est pas parce qu’on est bon dans un domaine qu’on se voit forcément y travailler toute sa vie. Je prends pour exemple les jeunes qui sont orientés « de force » par leurs parents vers les séries scientifiques car ils sont bons élèves, alors qu’ils peuvent très bien avoir plus d’appétence pour les séries littéraires.

donner du sens

Rapprochez-vous de personnes « ressources » pour faire votre démarche Ikigaï

Votre entourage est parfois un « faux ami » qui ne comprend pas ce qui ne va pas chez vous. « Tu as un job stable et bien payé. Que veux-tu de plus ? » « Simplement trouver une raison motivante de me lever le matin, c’est pas si compliqué, non ? »

Lors de cette phase d’introspection, l’idéal serait de vous rapprocher de personnes motivantes et stimulantes plutôt que de « vieux ronchons » qui ont fait toute leur carrière dans la même société sans se poser de questions….Ce ne sont pas ces personnes qui vous aideront à trouver votre juste place…Rapprochez-vous plutôt de personnes inspirantes qui ont osé bousculer leurs idées ou remettre en cause l’ordre établi.

Vous pouvez bien entendu faire cette démarche seul, en consultant des livres et internet. Cependant, pour que celle-ci soit productive et suivie d’effets, le mieux est de vous faire accompagner.

coach carrière

Pourquoi vous faire accompagner pour découvrir votre Ikigaï ?

Vous n’êtes pas épanoui dans votre activité professionnelle mais vous n’osez pas en sortir. L’origine de cette procrastination est sans doute liée à des blocages que vous aurez du mal à résoudre seul. Le coach saura alors vous questionner de manière bienveillante, neutre et pertinente par rapport aux émotions qui ne manqueront pas de jaillir lors de cette introspection. Il saura vous offrir un effet miroir et une prise de recul qui décupleront l’intérêt de la démarche. Souvent ces blocages sont liés à la peur : peur du regard des autres, peur de ne pas y arriver, peur de perdre en confort de vie….de nombreuses personnes que j’accompagne sont dans la peur (qui est l’émotion dominante des personnes fonctionnant avec leur cerveau en 1er lieu). Sur cette notion, vous pouvez consulter l'article "changer de vie".

Vous pouvez très bien trouver votre Ikigaï avec un bas salaire ou un job non reconnu socialement, puisque ce qui compte c’est la valeur qu’il a pour vous et seulement vous.

La question centrale de l’Ikigaï est : « Qu’est-ce que vous aimeriez faire tous les jours de votre vie, si vous aviez autant de temps et d’argent que nécessaire ? ».

Comme vous passez au moins un tiers de votre temps au travail, il est important de choisir la meilleure voie pour vous épanouir professionnellement : découvrir votre raison d’être est un moyen de vous aider à vous décider en toute connaissance de cause.

Des personnes comme Mère Térésa ou Elon Musk (voitures électriques) ont trouvé leur Ikigaï car ils font ce qu’ils aiment, le font brillamment et en tirent soit un salaire, soit une grande satisfaction morale en subvenant à leurs besoins et à ceux du monde.

Elon Musk

Comment se préparer à l’Ikigaï, dans quel état d’esprit ?

Je préfère vous prévenir tout de suite. Ce n’est pas le même type de test que celui que vous réalisez sur la plage l’été avec de jeunes enfants qui vous dérangent toutes les 5 minutes. Il y a un état d’esprit particulier à adopter. Déjà, vous allez ôter de votre esprit toute idée de rémunération. Je ne dis pas que ce n’est pas important, mais cela ne viendra qu’après, pour ne pas brouiller le message qui vient du plus profond de vous. C’est normal de commencer à penser à l’argent car celui-ci représente une forme de sécurité, le 2ème besoin fondamental de l’être humain (après les besoins physiologiques) sur la pyramide de Maslow.

Un état d’esprit ouvert, positif et curieux des belles choses que la vie peut offrir sera parfait pour démarrer votre Ikigaï !

Donc il faudra démarrer cette introspection par « ce que vous aimez » et non par « ce pourquoi vous pouvez être payé ».

Il vous faut accepter l’idée de prendre du temps pour vous, en allant vous balader par exemple ou en prenant le temps d’admirer le coucher de soleil le soir en rentrant.

se ressourcer

Comment se présente l’Ikigaï ?

L’Ikigaï représente une rosace, style diagramme de Venn, qui sert à illustrer les relations logiques entre différents éléments d’une série.

Son caractère visuel :

  • Stimule l’exploration et la réflexion
  • Le rend plus facile à assimiler que de fastidieuses explications
  • Eloigne la tentation de hiérarchiser les réponses

La rosace Ikigaï se compose de 4 cercles entrelacés les uns dans les autres et qui correspondent chacun à des questionnements différents sur lesquels vous allez vous mettre à réfléchir :

ikigaï

1) Ce que vous aimez faire

Quelles sont les activités qui vous apportent bien être, réconfort et joie de vivre ?
Qu’aimiez-vous faire quand vous étiez enfant ? Pourquoi ? Quels sentiments ou sensations cela vous procurait-il ?

j'aime faire

2) Ce pour quoi vous êtes doué

Identifier vos talents est indispensable pour les exploiter de façon optimale dans une situation professionnelle.

Dans quel domaine vous sentez-vous légitime, crédible et expert ? C’est quelque chose que vous faites très bien sans effort ou sans avoir à vous concentrer. C’est le moment d’être objectif sur vous et de vous débarrasser de vos croyances pouvant vous freiner dans la mise en valeur de vos talents.

talent

3) Ce dont le monde a besoin

Vos propres valeurs vont vous aider à faire ce travail de construction de la cohérence de vos actions.

Vos valeurs sont comme les étoiles qui éclairent votre objectif. Si vous méconnaissez vos valeurs, vous ne saurez pas celles que vous pouvez offrir au monde.

Pour les créateurs d’entreprise, c’est le Why de Simon Sinek qui va vous amener à trouver le sens que vous donnez à votre travail. Toutes les entreprises savent quel produit elles vendent (what). Certaines savent ce qui les différencie de la concurrence (how) et très peu savent la raison pour laquelle elles existent (why).

Qu’est ce qui vous rend triste ou vous met en colère dans le monde ? Qu’est-ce que vous aimeriez changer ou amener de grand dans le monde ?

le monde

4) Ce pour quoi vous pouvez être payé ou utile aux autres

Y a-t-il des choses dans la liste de ce que vous aimez faire et ce pourquoi vous êtes doué qui pourraient vous rémunérer ?

  • Combien dépensez-vous chaque mois, chaque année ?
  • Quelles sont vos dépenses obligatoires ? facultatives ?
  • De combien avez-vous besoin pour vivre confortablement, sans stress ni pression ?

Quelle est la place que vous souhaitez donner à vos activités rémunérées dans votre vie professionnelle idéale ?

l'argent

Le but est donc de lister les réponses qui vous viennent à l’esprit pour chaque cercle de l’Ikigaï et de trouver ensuite les points communs entre ces cercles. Une même réponse peut figurer dans plusieurs cercles.

Quels sont les points communs compatibles entre eux ?

Je ne vous ai pas encore perdus ? Si c’est le cas, n’hésitez pas à prendre contact avec moi. Je vous aiderai à cheminer sur votre propre Ikigaï. Car il y a autant d’Ikigaï sur Terre que d’individus. La bonne nouvelle est que vous êtes unique et donc votre Ikigaï sera unique aussi ! Elle est pas belle la vie ?

A la croisée des 4 cercles se trouve l’Ikigaï qui associe les points communs entre ces 4 sphères. Les Américains donnent à ce point central le joli nom de « sweetspot ». Je vous invite alors à faire une phrase qui allie les 4 dimensions.

Attention aux biais qui vous font décider de travers !

Voici quelques exemples de biais qui sont totalement inconscients et qui perturbent votre manière de réfléchir et d’agir:

  • Biais d’autorité : vous empêche de remettre en cause ce que disent les figures d’autorité
  • Biais de confirmation : vous ne prenez en compte que les informations qui confirment ce que vous pensez déjà
  • Biais de conformisme : vous avez tendance à privilégier la pensée collective au détriment des pensées qui sortent du lot

biais cognitifs

Là encore, un coach saura repérer ces biais qui vous limitent dans votre force d’action et vous empêchent d’accéder à votre Ikigaï. Contactez-moi si vous souhaitez en savoir plus.

Que faire si je ne trouve pas de liens entre les 4 sphères ?

Moins vous trouvez de liens dans les espaces communs aux sphères, plus le risque de souffrance au travail est élevé. Et c’est peut-être justement ça qui cloche, et la raison pour laquelle vous vous lancez dans cette courageuse introspection. Si vous ne faites pas cette démarche, cela peut vous mener à terme vers un sentiment de vide, d'incertitude, d'inutilité ou vers la précarité.

Reprenons le schéma Ikigaï :

Ikigaï

Pour y remédier, vous pouvez compléter par une activité extra-professionnelle qui vous apportera ce qu’il vous manque. Ex : vous travaillez dans l’événementiel : vous aimez ça, vous êtes bon, vous êtes payé pour ça mais ça manque de sens et vous vous sentez inutile. La solution pourrait être de faire du bénévolat à côté pour faire quelque chose d’utile qui vous satisfera et vous permettra de compléter votre Ikigaï.

Et après, je fais quoi ?

Le fait d’avoir complété votre Ikigaï va vous conférer une grande confiance en vous, puisque vous aurez réussi à aligner vos goûts avec vos talents, les besoins du monde et votre rémunération. Vous pouvez à ce stade vous féliciter, vous l’avez bien mérité :)

Il est temps maintenant de passer à l’action : l’action d’affirmer enfin ce que vous voulez, renforcé par les révélations que vous vous êtes faites sur vous-même.

Après une longue introspection, vous détenez enfin le sens que vous souhaitez insuffler à votre vie professionnelle. Comme dans l’allégorie du tailleur de pierres racontée par Jacques Salomé, vous ne vous contenterez plus d’entasser des pierres les unes sur les autres, mais vous vous destinerez à construire une cathédrale….Quel changement !

Vous pouvez afficher sur votre mur votre Ikigaï en grand format pour le regarder régulièrement. Celui-ci vous guidera tout au long du chemin vers l’épanouissement professionnel…

trouver sa voie

Alors, prêts à consacrer un peu de temps à votre épanouissement professionnel pour démarrer votre Ikigaï ?

Et si vous avez déjà fait la démarche, dites-nous en commentaire où vous en êtes et ce que cela a donné.

"Le succès n’est pas la clé du bonheur. Le bonheur est la clé du succès. Si vous aimez ce que vous faîtes, vous réussirez." Albert Schweitzer

Axelle Martinelli