Le constat est sans appel : me concernant, 8 clients sur 10 ont entre 25 et 38 ans. Autrement dit, la fameuse génération Y : celle née entre 1976 et 1990, qui a connu l'informatique dès le berceau, et qui demande toujours le pourquoi des choses (why?). Lorsque j’ai commencé à accompagner des personnes dans leur reconversion professionnelle, je ne m'attendais pas du tout à recevoir autant de personnes dans la trentaine, notamment autant de femmes. Est-ce un effet miroir par rapport à mon parcours ? Puisque j’ai fait le chemin avant, peut-être y a-t-il un facteur d'attraction ? Quoi qu'il en soit, voici 3 clés pour bien comprendre le phénomène de reconversion au sein de la génération Y, inspirées de mes observations sur le terrain.

Un beau parcours scolaire mais un job sans âme

Je constate en effet que mes clients de la génération Y ont souvent fait de brillantes études : école d'ingénieur, Master universitaire, grande école... Ils ont ensuite enchaîné avec un poste correspondant à leur diplôme et évolué dans l'entreprise. Parfois avec des responsabilités et un beau salaire à la clé. Pourtant, ils ne sont pas satisfaits : leur job n'a pas de sens et ils s'en rendent compte très tôt.
En fait, lorsque je creuse un peu, tous me disent n'avoir pas vraiment choisi leurs études, poussés par la famille ou les professeurs car ils avaient des "facilités". Lorsqu'est venu le moment du premier emploi, ils ont candidaté auprès de différentes entreprises, sans non plus se poser la question de savoir dans quel environnement ils avaient envie d'évoluer. Normal, ni le système éducatif ni la société ne leur avait appris à se projeter.
Difficile dans ces conditions de tenir longtemps une situation de non-sens. Rajoutez à cela un contexte de travail de plus en plus tendu, ou un management qui privilégie la tâche et non l'humain, la génération Y décide de plus en plus tôt de prendre les choses en mains et d'envisager une reconversion professionnelle.

Le déclic de la trentaine

Souvent, l'arrivée de la trentaine ou l'approche de la quarantaine va provoquer un déclic. C'est le fameux moment de "faire le point" sur leurs envies, leur carrière et leur futur professionnel. Certains ont déjà des idées ou des pistes de réflexion. D'autres n'ont pas du tout conscience de ce qu'ils pourraient bien faire. Dans un cas comme dans l'autre, réaliser un bilan de compétences est une des manières de clarifier leur vision de l'après et d'envisager un nouveau métier.
Programmé sur 3 ou 4 mois, le bilan sera l'occasion de faire le point sur leurs envies, leurs centres d'intérêts, leurs sources de motivation et leurs compétences. Grâce à cet état des lieux objectif et personnalisé, ils pourront combiner ces critères pour imaginer l'avenir et enquêter sur la faisabilité du projet qu'elles ont trouvé.
Pour nombre d'entre eux, le bilan leur permet de se découvrir et d'aller plus loin dans la connaissance d'elles-mêmes. Conséquence principale : le passage à l'action.

Oser s'affirmer et prendre sa vie en mains

La découverte de leurs motivations profondes, de leur désir d'agir professionnellement et de faire leur place dans le monde professionnel s'accompagne d'une forte envie de s'affirmer. Maintenant que la porte est ouverte, plus de raison de reculer ! Même si des doutes peuvent survenir face à ce changement insoupçonné, l'énergie créée par l'envie d'agir peut déplacer des montagnes.


Il y a les personnes qui vont décider de retourner étudier pour obtenir une formation qui leur permettra d'exercer leur nouveau métier. Que cette formation se fasse à plein temps ou en parallèle de leur activité. Pour d'autres, le changement passera par quitter leur entreprise pour une autre qui répondra à leur besoin d'épanouissement. Enfin, certains décideront de prendre leur indépendance totale en créant leur propre activité et en devenant entrepreneur.


Une des spécificités de la génération Y pour la reconversion concerne le rapport au temps. Habitués à être connectés, mobiles et peut-être aussi impatients (je m'inclus dans ce portrait quelque peu caricatural !), ils veulent que ça change, et maintenant. Ils n'attendront pas sagement comme leurs aînés de la génération X pour un meilleur poste, ils les ont trop vu se faire éjecter par l'entreprise après des années de bons et loyaux service. Le chômage ne leur fait pas peur non plus, ils l'ont toujours connu. Aussi, ils sont prêts à agir et prendre leur vie en mains très tôt dans leur carrière, y compris si la solution est une reconversion à 30 ans.

D'ailleurs, pour aller plus loin sur ce sujet, je vous invite à lire cet article :

https://www.cap-coherence.fr/blog/2013/8/19/reconversion-professionnelle-30-ans

Ainsi, pour ces trentenaires qui ont sauté le pas, les ingrédients du succès ont été l'audace, la détermination et un profond sentiment d'être en cohérence avec eux-mêmes. Un soutien extérieur et/ou un groupe d'autres personnes dans le même état d'esprit sont également de sérieux atouts. Mon conseil à toutes ceux qui veulent sauter le pas : trouvez un modèle inspirant à qui vous pourrez vous identifier. Ensuite, trouvez le bon coach, entourez-vous de personnes qui vous soutiennent et faites-vous confiance ! 1, 2, 3...partez !!!!