Reconversion professionnelle : gérer ses émotions

Entre le moment où vous envisagez une reconversion professionnelle et le moment où cela devient la réalité, il se passe bien souvent plusieurs mois au cours desquels vous devrez affronter des émotions et apprendre à les gérer afin d’éviter qu’elles n’influent de manière négative sur vos choix.

Quelles sont les émotions les plus souvent ressenties au cours de cette période ?

Colère : c’est souvent l’élément déclencheur, l’émotion qui va vous pousser à bouger. Trop d’éléments désagréables se sont accumulés et vous avez décidé enfin d'arrêter de subir. La colère est l’émotion qui vous indique qu’une limite a été dépassée, qu’une ou plusieurs de vos valeurs ont été heurtées. Il va falloir apprendre à la canaliser, mais surtout pas à l’enfouir.

Impatience : vous avez envie d’aller vite et de quitter le job qui vous fait souffrir. C’est l’émotion la plus ressentie au moment de la prise de décision de la reconversion.

Peur : il s’agit de la prise de conscience que vous allez quitter un environnement connu pour quelque chose que vous ne maitrisez pas. D’autant plus que vous ne savez pas ce que vous allez faire. Alors forcément cette peur est légitime ! Il ne faut surtout pas l’ignorer, au contraire…

Découragement : face à l’ampleur de la tâche à accomplir, il y a la tentation de baisser les bras. « Trop dur », « à quoi bon », « de toute façon je n’y arriverai pas »…

Tristesse : c’est l’émotion la plus pénible à vivre, car elle exprime la perte de quelque chose, d’une situation, d’un travail, d’un mode de vie, et parfois même d’une illusion. Vous vous sentirez « au fond du trou ». La bonne nouvelle, c’est qu’à partir de là vous ne pouvez que remonter !

Satisfaction : ce sentiment apparaît lorsque l’on s’aperçoit que finalement on a bien fait de décider de changer de travail et que les différentes pistes envisagées ne sont pas si difficiles à emprunter que ça.

Soulagement : lorsque l’on prend conscience que ce qui nous minait a disparu, et que l’on s’aperçoit que l’on peut aller vers quelque chose de meilleur.

Joie : c’est l’émotion éprouvée lorsqu’une nouvelle vie professionnelle débute. Cette émotion s’accompagne d’une flopée de sentiments positifs qui donnent envie de partager, de prendre des initiatives, de bouger, d’aller vers les autres, de s’ouvrir au monde. Cette émotion est très puissante. Face à une personne joyeuse, les sentiments négatifs n’ont aucune prise.

Les émotions comme moteurs de la reconversion professionnelle

Etre accompagné par un coach au moment d’une reconversion professionnelle, peut vous aider à mieux vivre ces émotions. Il vous servira de miroir et vous renverra ce que vous ne voyez pas vous-même. Une colère bien gérée vous donnera la force d’avancer. Une tristesse exprimée et entendue vous permettra de passer à autre chose beaucoup plus vite. Le découragement est l’un des plus grands freins à la mise en place de nouvelles actions. Le coach vous aidera à analyser ce frein et vous permettra de découvrir la peur qui y est sous-jacente. Une peur ne vous empêchera plus d’agir à partir du moment où le coach vous aura permis de la conscientiser et de la verbaliser.

Des émotions exprimées vous permettront de vous libérer et faciliteront vos choix professionnels.

Autorisez-vous à exprimer vos émotions. Libérez-vous de vos entraves émotionnelles, ainsi vos choix ne seront pas guidés par elles mais par votre seul jugement débarrassé des parasites. Rappelez-vous, qui n’a jamais regretté des paroles prononcées sous l’effet de la colère ?

La liste que j’ai donnée ci-dessus n’est pas exhaustive ! Je vous invite sur ce blog à nous faire partager des émotions que vous avez ressenties pendant/avant/après votre reconversion professionnelle.

Je me ferai une joie (émotion positive) d’échanger avec vous !