Vous avez toujours été salarié ? Vous n'avez pas fait d'école de commerce et vous n'avez pas non plus de bases en marketing ou entreprenariat ? Une question essentielle se pose : comment réussir sa création d'activité en solo ?

"Au revoir Président" !!! Vous avez déjà vu cette publicité où l'on voit un futur ex-salarié annoncer sa démission lors d'une réunion ultra sérieuse de la hiérarchie ? Allez rien que pour le plaisir de rire un peu...

Cette mise en scène fait écho à l'envie que me partagent de plus en plus de mes client(e)s qui veulent quitter leur entreprise pour créer leur activité en solo. A la clé : autonomie, réalisation personnelle, travail à temps choisi et volonté de créer son propre emploi et un job sur-mesure sont les sont les motivations principales. Super programme, encore faut-il savoir comment s'y prendre et éviter les erreurs de débutant (j'en ai fait plusieurs, lire cet article vous fera gagner du temps et peut-être même économiser de l'argent !).

Je vais donc vous livrer 3 clés essentielles pour réussir à créer et développer votre business de manière pérenne.

Être totalement aligné avec ses services

« Les entreprises qui réussissent sont celles qui ont une âme ».

Cette citation de Jean-Louis Brault, homme d'affaire à succès, montre l'importance de ne pas se contenter d'une simple idée. Il faut y mettre tout son cœur. Parce que vous allez passer énormément de temps à faire d'autres tâches que votre activité principale, que vous allez démarrer seul dans la plupart des cas, et que le fleuve ne va pas forcément être tranquille, être en phase avec les services que vous proposez est une condition essentielle pour réussir votre création d'activité en solo.

Prenons l'exemple de Maya. Elle a été consultante bancassurances dans le passé, salariée dans de grands groupes, et souhaite à présent devenir free-lance. Elle pense qu'il lui sera plus facile de proposer ses services dans ce secteur. Pourtant, elle ne vibre pas pour le domaine de la banque. Ce qu'elle aime, c'est organiser des projets artistiques et aider les artistes dans leur développement et leur gestion au quotidien. Ce qu'elle faisait de manière bénévole. Lorsqu'elle a démarré, elle a préféré rester sur le conseil en bancassurances. Cela n'a rien donné, ou en tous cas très peu. Après avoir repensé sa stratégie et en se reconnectant à ses valeurs et centres d'intérêt, elle a remodelé son offre sur le milieu artistique et de nombreuses opportunités se sont présentées à elle rapidement.

Tout le temps passé à faire de la prospection, du marketing, du réseautage et de la gestion lui ont paru beaucoup plus facile car elle aimait les services qu'elle proposait. De la même manière, les gens adorent entendre parler quelqu'un de sa passion avec enthousiasme. Et c'est souvent ce qu'il se passe lorsque l'on est en cohérence avec le service que l'on propose. Cette authenticité est source de motivation et performance et permet d'attirer à soi plus de clients.

Porter 3 casquettes en même temps

Entreprendre en solo, c'est agir en véritable chef d'orchestre à tout instant. Ma coach me disait souvent : tu es à la fois artisan, manager et chef d'entreprise. Pour réussir sa création d'activité en solo, il va donc falloir accepter de porter les 3. Et aimer ça !

Artisan

C'est votre cœur de métier, votre expertise. Pour ma part, c'est être consultante en bilans de compétences et accompagnatrice des personnes qui veulent créer leur business en solo. Facile : vous avez été formé pour cela, vous avez déjà acquis une expérience dans le domaine et vous savez faire.

Manager

Même si vous ne gérez pas de personnel, ce rôle va être aussi important. Vous allez devoir structurer votre entreprise et mettre en place des systèmes, des procédures, organiser votre temps en fonction des tâches à faire et des objectifs, vous motiver etc. Cette casquette-là est moins évidente à porter, surtout quand on n'a pas l'habitude ou qu'on n'a pas été accompagné.

Dans mon cas, agir en manager c'est organiser mon temps dans la semaine pour couvrir tous les champs nécessaire au développement de mon activité et à la production. Je sais donc exactement ce que j'ai à faire, et quand : accompagner mes client(e)s (partie production), passer du temps à la prospection (partie commerciale) , à l'écriture d'article et à l'animation de mes réseaux sociaux (partie marketing), à travailler sur mon entreprise (créer des systèmes qui m'économisent du temps) et à me former (enrichir continuellement mon savoir). Vous l'aurez compris, un solo-entrepreneur qui réussit doit combiner tous ces temps dans sa semaine.

Chef d'entreprise

C'est le capitaine de l'équipage, celui qui donne le cap et montre la direction à atteindre. Porter cette casquette, c'est assumer le rôle de mega boss (celui à qui on a dit au revoir dans la vidéo précédente ;) ).

Donc être ok pour être responsable de tous les succès, mais aussi des échecs ou des semi-réussites éventuels. C'est être capable d'avoir une vision pour son entreprise, savoir où on veut la porter et lui donner une âme. Me concernant, j’ai une vision claire de combien de personnes je veux aider (par jour, semaine, mois et année) et de quelle contribution je veux apporter au monde. Je sais aussi comment je veux me développer à moyen terme et imaginer de nouveaux services, forfaits et produits destinées à servir encore mieux de nombreux nouveaux clients. En bref, c'est tout le contraire d'avoir le nez dans le guidon.

Ne pas attendre que tout soit parfait pour se lancer

« Vous n’avez pas besoin d’être génial pour commencer, mais vous devez commencer pour être génial. » !

Tout est résumé dans cette phrase que j'adore de Zig Ziglar. L'entreprenariat est une pratique, comme le sport. Il faut donc s'entraîner, se lancer, essayer puis refaire si nécessaire. C’est de la régularité de cet entraînement que dépendront les résultats. A propos, savez-vous que je conseille à mes client(e)s qui démarrent leur business en solo de consacrer 4h par jour (tous les jours) à leur marketing tant qu'ils n'ont pas tous les clients qu'ils désirent ? Et oui !!!

Entreprendre, réussir sa création d'activité en solo, c'est oser. Cela inclut une prise de risque éventuelle et il faut l'accepter. Il ne faut surtout pas attendre que tout soit parfait pour commencer. C'est au contraire le meilleur moyen de tout rater. Je vois trop d'entrepreneurs en solo en herbe bloquer sur un logo, un article, un flyer ou une carte de visite pour rien. Savez-vous que je n'ai pas de logo ? Plus d'un an que mon site existe et je n'ai pas de logo. Pas que je n'en voulais pas, c'est juste qu'au lancement de mon site je n'avais pas le budget à investir là-dedans. Est-ce que ça m'a empêché de trouver mes premiers clients et de continuer ? Pas le moins du monde. D'ailleurs, où est-il écrit qu'il faille un logo ou des cartes de visites pour commencer ?

Idem pour le modèle économique de votre activité ou les statuts de votre entreprise. Après avoir participé à des ateliers sur la création d'entreprise ou lu plusieurs livres sur le sujet, j'entends trop souvent "Je bloque sur mes statuts", ça n'avance pas. Et pourtant, la plupart de ces personnes n'en sont pas du tout à cette étape. Et je ne sais pas pourquoi ce blocage sur le statuts. Du coup, elles ne sont pas en train de réfléchir à leur offre, aux besoins de leur clientèle et encore moins à trouver leurs premiers clients. Parfois même, la création de la solo-entreprise ne verra jamais le jour à cause de ces "maudits statuts"... Cette partie-là devrait arriver en fin de processus pour ce type d'entreprise. D'autant plus qu'il existe des possibilités très faciles à mettre en place si l'on a besoin de facturer avant d'avoir trouvé les bons statuts (auto-entreprise ou portage salarial par exemple). Et vous ferez appel à quelqu'un dont c'est la spécialité pour vous aider à trouver le meilleur statut selon votre situation quand ce sera le bon moment, pas avant - ah oui, parce qu'au passage, vous ne réussirez pas tout seul, préparez-vous à cette idée. Vous délèguerez rapidement certaines tâches non rémunératrices pour vous concentrer sur l'essentiel. Sinon vous ne pourrez pas prospérer comme espéré, autant le savoir.

Parlons à présent du modèle économique de vos services. Je constate que beaucoup de personnes qui se sont reconverties dans les professions du bien-être ou des services (coach, consultant, sophrologue, naturopathe etc) en sont encore à la facturation heure-temps à la séance. Ce n'est pas le bon modèle pour pouvoir prospérer et développer un business pérenne et continu. Cela demande trop d'investissement en temps et en énergie pour trouver continuellement de nouveaux clients. D'autant plus que souvent, ces personnes n'aiment pas, n'arrivent pas ou ne savent pas comment "se vendre". Pourtant, passer à une offre basée sur des forfaits est un système tout à fait applicable pour ce type d'activité. Alliée à un marketing authentique et respectueux des valeurs humaines et universelles, c'est la recette idéale pour réussir sa création d'activité en solo et vivre du job qui vous fait vibrer.

Pour tous les postulants à l'aventure de la solo-entreprise, retenez que nul autre que vous ne peut vous donner le meilleur. Sachez vous entourer des bonnes personnes mais vous restez le maître à bord. Être aligné avec ses services, savoir combiner les postures d'artisan, de manager et de chef d'entreprise selon les moments, et surtout osez se lancer sans être parfait sont 3 clés essentielles à mes yeux pour réussir sa reconversion professionnelle en créant une activité en solo. Elles sont issues de mon expérience personnelle mais aussi de celle des personnes que j'accompagne sur ce chemin de liberté, de créativité et d'épanouissement. Alors, vous êtes partant ?

Si vous aussi vous aimez comme moi les citations, je vous invite à télécharger mon Ebook gratuit "27 pensées inspirantes pour réussir votre reconversion et créer votre business". Il est gratuit et vous le trouverez sur ma page d'accueil : www.dessinemoiunecarriere.com
Marjorie LLOMBART