Envie de Changement, envie de devenir son propre patron, freelance ou créer sa start-up ? Les questions à se poser avant de tout quitter !

« J’en ai marre, je quitte tout et je monte ma boite ! » C’est souvent comme cela que l’aventure commence… mais attention cela se prépare !

Pas question de partir bille en tête avec sa lettre de démission en entonnant « au revoir, au revoir Président », ce n’est pas magique et la vie d’entrepreneur n’est pas immédiatement idyllique: il vaut mieux se poser les bonnes questions.


1. Qu’en dit votre entourage ?

Sera-t-il là pour vous soutenir ? Devenir chef d’entreprise, ce n’est pas se payer une Porsche et des vacances de luxes sur un yacht…clairement pas ! C’est surtout un énorme investissement en temps. Des horaires qui n’en finissent jamais, parce que c’est votre projet. Vous y pensez sans arrêt et ça peut bien peser sur votre famille, alors vaut mieux l’évoquer avec vos proches afin de ne pas tomber des nues lorsque vous pianoterez sur votre ordi à 3h du mat’ parce que vous avez une idée et que vous devez le faire maintenant (bien qu’il faut parfois se fixer des limites, bien évidemment, pour ne pas finir en burnout). Et là je n’ai pas encore abordé la question sensible de l’argent : votre conjoint, votre famille et vous-mêmes, serez-vous prêts à faire les sacrifices financiers réclamés par vous et votre projet ?? Il est essentiel d’obtenir l’adhésion de votre entourage pour avoir des appuis solides pour vous permettre de vous lancer dans cette expédition entrepreneuriale !

2. Quitter votre job, oui mais comment ? Est-ce que vous en avez les moyens ?

Et je ne parle pas de capital, nous n’en sommes pas encore là. Je parle du changement de statut ; vous êtes salarié, comment avez-vous prévu de quitter votre entreprise ?

La démission ?

C’est bien évidemment le dernier recours car il faut être conscient que celle-ci ne vous ouvre pas immédiatement droit à une indemnisation de Pôle Emploi… il faudra compter au moins 5 mois de chômage avant d’être indemnisé, ceci si la commission le veut bien au vue de vos démarches de recherche d’emploi…

L’idéal est encore la rupture conventionnelle !

Votre dossier sera étudié dès le premier jour de chômage et cela vous permettra de rester en bon terme avec votre ancien employeur. On ne sait jamais, il peut devenir ensuite un client ou un prescripteur et quand on est entrepreneur on ne crache pas dans la soupe ! Sachez-le, de nos jours, il n’est plus risqué de parler de rupture conventionnelle à son employeur. Faites-vous conseiller pour optimiser votre rupture conventionnelle.

Les autres solutions …

Si vous souhaitez tenter l’avenir sans perdre votre emploi, vous pouvez aussi demander un congé pour création d’entreprise sous certaines conditions et sans garantie de revenus pendant cette période mais garder toujours un fil à la patte et ce n’est pas forcément ce que vous voulez… et également le licenciement dit « économique » est une belle opportunité.

Les autres moyens qui pousseraient votre employeur à vous licencier sont à éviter et ne correspondent pas à mes valeurs ni à ma philosophie.

Un article entier y est consacré si vous souhaitez en savoir plus sur les bons plans pour quitter votre job dans de bonnes conditions!

A faire absolument avant de tout quitter : Evaluer quelle sera votre indemnité de licenciement et votre allocation du Pôle emploi !

Donc mieux vaut faire une simulation sur le site de Pôle Emploi si vous choisissez de rompre votre contrat de travail : que représente 57 % de votre salaire journalier de référence ? Quelle va être votre Allocation Retour à l’Emploi ? Est-ce que vous allez pouvoir contribuer suffisamment aux dépenses de la famille ? Il serait bon d’en profiter pour faire le point de vos sorties et entrées d’argent, dans l’idéal quel sera votre minimum vital ?

3. C’est quoi être Chef d’entreprise ? Ce qu’il faut savoir de votre futur métier !

Vous en avez marre, mais par quoi êtes-vous motivé ? Certes vous en avez ras le bonbon de votre patron, qui s’attribue le mérite de vos idées pour ensuite se faire un max de blé ? Mais à part ça, c’est quoi être chef d’entreprise ?

C’est vous ! Votre personnalité, vos compétences, regardez ce dont vous êtes capable quand vous décidez par vous-même !

Vous avez peut-être un talent insoupçonné que vous utilisez dans votre vie extraprofessionnelle, dans une association par exemple ? Etes-vous capable de remuer ciel et terre afin d’obtenir une subvention finançant votre exposition annuelle d’amateurs de maquettes de voiliers? Ou même sans être dans le milieu associatif, avez-vous une expérience forte, où vous vous êtes dit « je l’ai fait ! C’était dur mais j’y suis arrivé ! » ? Un voyage au tour du monde, la construction de votre maison ou d’une maisonnette pour vos enfants alors que vous n’êtes pas du tout bricoleur(se) !

L’incertitude, cet ami/ennemi qui risque de ne plus quitter…

Et oui cette incertitude, est-ce que vous arriverez à vivre avec? Tous les jours se lever sans savoir si vous pourrez assurer vos revenus du lendemain ? Et ce que vous êtes quelqu’un qui prend des décisions, des initiatives ? Est-ce que vous saurez vous fixer des objectifs et vous y tenir?

Etre Online, Geek/Nerd pas forcément, mais avoir envie de s’y mettre : à l’informatique !

Aujourd’hui être chef d’entreprise c’est forcément en utilisant les outils informatiques, avoir un mail et savoir ce qu’est Facebook. Si, si même les entreprises sont sur Facebook ! Et puis, justement, si vous ne faites pas de tableau Excel toute la journée, est-ce que vous arriverez à vous lancer ? Parce qu’il va bien le falloir !

Les chiffres, les papiers, l’administration …

Saurez-vous le supporter ou au minimum assurer le suivi de votre activité sans vous laisser submerger ? Sans finir par laisser s’empiler les lettres du RSI (Régime Social des Indépendants, je sais entendre ce nom est déjà barbant !) et vous retrouver avec une pénalité de retard parce que vous n’aurez pas payé à temps ?

Ce client qui vous fera vivre, peut-être …

Un client ça se séduit, ça s’entretient si on veut qu’il revienne ou qu’il nous recommande. Sans ça, une fois que vous aurez vendu votre produit (forcément le meilleur produit !) à toutes vos voisines en leur disant «voilà » avec une mine de « j’ai mal aux pieds d’être venu t’apporter ça », vous n’irez pas bien loin. Mais je vous rassure ça se travaille ! A votre manière vous pourrez certainement transformer ce trait de caractère en un fabuleux atout pour faire la différence avec un bon coaching !

Avec tout le monde vous serez courtois ! On ne sait jamais !

Pensez aussi à vos aptitudes au management ; bon ok vous n’aurez peut-être pas de salarié tout de suite mais vous aurez quand même des fournisseurs, des prescripteurs (ces gens qui peuvent vous envoyer des clients) et je vous le souhaite … des clients ! Alors si vous avez pour habitude de vous comporter comme un ours (ou une ourse) mal léché, vous allez devoir faire un effort ! Cf le coaching qui vous rendra moins rêche et plus doux à la fois !

4. Et votre projet au fait ? Vous avez une idée de ce que vous allez faire ?

Voilà ça y est, c’est décidé, vous voulez vous lancer mais vous avez plein d’idée et vous ne savez pas quelle est la bonne…et si vous faisiez tout ?! Ou bien…vous n’en avez pas…et là c’est plus compliqué. Dans ce cas, avant de partir de votre entreprise, faites-vous aider pour faire émerger une idée ! Malheureusement on ne créé pas une entreprise juste pour être patron, il faut avoir quelque-chose à vendre !

Si vous avez une idée, mieux vaut d’abord vous renseigner, et savoir si c’est la bonne ! Et c’est là que je vais évoquer des mots que vous connaissez mais qui ne veulent peut-être rien dire pour vous : l’étude de marché ! Vous allez me dire « Oui bah, je le savais ». Mais c’est quoi au fait ?

Assurez-vous de la faisabilité de votre projet avant de vous lancer !

Alors même si vous vous dites que ce n’est pas encore le moment, que vous vous poserez la question quand vous aurez le temps… C’est quand même bien de s’assurer qu’il ne s’agit pas d’une activité réglementée et qu’il ne me faut pas un diplôme particulier pour l’exercer… Ou de savoir si au moins le minitel ça se vend toujours…

Vous devez tout connaitre de votre client : son prénom, son métier, son âge, où il habite et ce qu’il aime !

Donc l’étude de marché, c’est se demander qui seront vos clients et combien ? Et ne me dites pas : « tous » ! Parce que ce n’est pas vrai ! Déjà parce que tout le monde ne consomme pas la même chose au même moment, ni au même prix, sinon ce serait trop facile ! Il faudra préciser l’âge, la CSP (Catégorie Socio-Professionnelle), le sexe, le lieu de résidence… et si ce sont des entreprises : la taille, l’implantation, le secteur d’activité… Et ceci n’est pas exhaustif, en fonction du projet d’autres éléments peuvent-être nécessaires. Et cela passe souvent par une enquête avec des questions qui vous apportent les réponses dont vous avez besoin pour évaluer le potentiel de votre produit ou service. Et la Concurrence, vous y pensez? Oui car si vous êtes nombreux à avoir eu la même idée, et même si vous avez vraiment un truc pour vous différencier, cela vaut peut-être le coup d’attendre un peu et de faire mijoter, éventuellement revoir votre projet afin qu’il s’adapte à la demande et à l’offre actuelle et à venir.

Toujours chaud pour entreprendre ?

Ces premiers éléments qui vous permettront d’évaluer ensuite si le risque en vaut bien la chandelle. Pour être clair, ce projet vous permettra-t-il d’en vivre ? Des premiers éléments à affiner ensuite bien évidemment mais qui vous aideront à savoir si vous allez devoir investir (avez-vous de quoi investir ?) ou emprunter (combien ?) ou épargner. Parce que même pour une activité de conseil, il faut s’attendre à quelques mois de vaches maigres avant de trouver vos premiers clients et qu’ils vous paient. Ce serait bien d’avoir mis quelques noisettes de côté pour éviter de vous retrouver sans le sous, à la rue avec vos 3 enfants et votre conjoint(e) qui vous rabâche « je te l’avais bien dit ! »

5. Vous avez toujours envie ? Vous avez quand même la frousse ? Ou pas ? Faites-vous accompagner dans tous les cas!

Si vous avez besoin de vous rassurer sur vos capacités, vos compétences, vos motivations, votre potentiel et votre projet : profitez d'un diagnostic entrepreneur ! Il permet d’aborder avec un expert en création d’entreprise les éléments spécifiques à la création d’entreprise et d’anticiper les démarches à faire avant de se lancer.

L’avantage de faire appel à un consultant expert en création ou reprise d’entreprise, c’est qu’il vous conseille en toute neutralité du stade de l’envie, au lancement et même après pour vous aider à prendre vos marques en tant que chef d’entreprise et vous permettre d'avoir une démarche cohérente ! Histoire de ne pas vous perdre dans les méandres des experts à qui vous seriez tentés de faire appel, peut-être pas au bon moment et ni à la bonne personne !

Si vous avez aimé cet article et que je vous ai donné envie d’être accompagné, n’hésitez pas à me contacter !