Que vous soyez une entrepreneuse qui devient maman ou que vous soyez une maman qui devient entrepreneuse, comme je l’ai fait. Je vous livre mes conseils de maman consultante en entrepreneuriat pour devenir une maman chef d’entreprise au top !

1. Mampreneure, Soyez vigilante au sujet de votre statut social !

Optez pour un statut social favorable à une maternité ou une maman en solo : assimilé salarié ou salarié c’est encore mieux !

Comment ? 3 solutions possibles : Les coopératives d’emplois et d’activité, le portage salarial ou opter pour une SASU/SAS (Société par Action Simplifié). Ces trois solutions vous apportent tous les avantages du salariat avec l’indemnité maternité en fonction du salaire que vous générez et surtout vous êtes couverte par le régime maladie-maternité des salariés (au régime local si vous êtes en Alsace-Moselle). Avec la durée du congé maternité d’un salarié.

Et oui, si vous êtes auto-entrepreneuse, ou entrepreneuse individuelle, ou gérante majoritaire d’une SARL, bref que vous avez le statut de travailleur indépendantsachez que vous ne serez pas très bien lotie…voyez ce qu’en dit le RSI … et ce n’est pas très facile à comprendre ! En clair, vous allez travailler pratiquement jusqu’au jour de l’accouchement et reprendre rapidement après si vous ne voulez pas finir en banqueroute.

C’est là que la mutuelle obligatoire de votre conjoint salarié vous permettra peut-être de compenser au moins sur la partie des frais de santé. Et si vous êtes déjà mère, rattachez bien vos enfants à la mutuelle de votre conjoint. Pas besoin de prendre une mutuelle complémentaire qui couvre également vos enfants si la mutuelle de votre conjoint le fait très bien. C’est déjà ça de moins à payer !

Par contre pas de différence en ce qui concerne le remboursement de base des frais de santé, il est le même si vous êtes salarié ou indépendant pour vos enfants et vous-même (sauf en Alsace-Moselle ou il vaut mieux être couvert par le régime local des salariés).

Sachez qu’il existe des experts indépendants en assurances, protection sociale et de prévoyance, si vous souhaitez faire un point complet et précis sur ces différents points.

Donc mon conseil si vous êtes encore salariée et que vous souhaitez devenir mère et chef d’entreprise. Faites d’abord vos enfants et ensuite créez votre entreprise !

2. Avant de devenir une maman cheffe d'entreprise, assurez-vous du soutien de votre entourage !

Oui, oui, vous me voyez venir, je vais parler de votre conjoint effectivement mais pas seulement ! Si vous êtes maman solo, parlez-en à vos copines, à vos frères et sœurs, à vos parents et beaux-parents et demandez leurs s’ils pourront vous dépannez de temps en temps, pour la garde des enfants par exemple. Et si vraiment vous êtes seule dans une nouvelle région, trouvez la bonne nounou qui sera compréhensive et bienveillante. Mais n’oubliez pas qu’il pourrait y avoir d’autres formes de soutien, par exemple : de la relecture de documents, de l’écoute, du transport, de la compréhension, du fait que vous ne rameniez pas tout de suite suffisamment de revenus pour la famille, des idées pour vous faire avancer et de la fierté parce que vous vous êtes lancée !

3. Prenez du temps pour vos enfants mais gardez du temps pour votre métier de cheffe d'entreprise, organisez-vous pour permettre le développement de l’activité !

En tant que maman, on se dit souvent en devenant entrepreneuse, que l’on va pouvoir s’occuper plus de nos enfants et profiter d’eux. C’est vrai, ils n’auront pas 2 ans toute leur vie et ce serait dommage de passer à côté. Effectivement… et pensez également à lâcher un peu de lest de temps en temps. Et organisez aussi votre temps de travail pour que cela corresponde à vos clients et au besoin de développement de votre activité. N’ayez pas de scrupule à les mettre à la crèche ou au périscolaire, bien souvent en tant qu’indépendante avec des revenus irréguliers vous aurez des tarifs adaptés, encore plus si vous êtes inscrite comme demandeuse d’emploi.

Donc oubliez l’idée d’être présente à la sortie de l’école, depuis les changements d’horaires et la fin des classes à 15h, vous n’arriverez jamais à développer votre activité avec des demi-journées réduites. Dites-vous que vos bambins préfèreront toujours une maman épanouie moins présente, qu’une maman soucieuse et omniprésente !

Gardez vos mercredis et optez au moins pour de la garde jusqu’à 17h30. Et de temps en temps demandez du rab pour aller jusqu’à 18h30 ou à l’inverse, c’est l’avantage d’être indépendante, prenez une après-midi pour faire une activité rien que pour vous et vous féliciter pour l’obtention d’un nouveau client par exemple ! Pensez que vos clients, eux, travaillent souvent jusqu’à 18h voir plus, et que bien souvent les créneaux disponibles sont ceux en fin de journée ou en début de matinée. Et ça c’est une bonne chose parce qu’après avoir déposé vos enfants à 8h à l’école vous êtes super en forme et super dispo !

4. Entrepreneure, épanouissez-vous dans des réseaux qui vous ressemblent !

Vous allez peut-être me demandez : Pourquoi faire du réseau ? Déjà, cela permet de sortir de chez soi, de parler à d’autres personnes que son conjoint et ses enfants, et surtout parler avec des personnes qui partagent les mêmes problématiques que vous et qui seront souvent de bons conseils si vous leur donnez une chance de faire connaissance avec vous !

Mon conseil en matière de réseau, soyez-vous-même, naturelle, et n’essayez pas de leur vendre votre produit, intéressez-vous à eux, vous verrez ils finiront par s’intéresser à vous et vos produits ou services !

Choisissez un réseau dans lequel vous vous sentez bien ! Un réseau c’est une communauté de personnes qui choisissent de partager et de s’unir dans un même objectif. C’est pourquoi il sera peut-être plus facile des s’insérer dans des réseaux de personnes en qui vous vous retrouvez, avec qui vous partagez la même expertise, le même secteur ou la même situation, cela facilitera les conversations.

Sachez qu’il existe des réseaux de mamans entrepreneuses, les Mampreneurs, qui organisent des Mam’Café, pile entre 9h et 12h quand les bambins sont à l’école. Il y’a également des réseaux de femmes chefs d’entreprises comme celui des FCE ou des réseaux locaux. Dans l’Est, par exemple, on retrouve Est’elles executive, Rézoé (qui développe d’ailleurs son concept dans toute la France) et j’en oublie certainement.

De mon expérience, il suffit de rentrer dans un réseau de ces réseaux et on vous parlera vite d’autres réseaux pour développer vos contacts. Bien souvent vous retrouverez les mêmes personnes. Mais souvenez-vous que même si vous y retrouvez quelques personnes, les thématiques et les formats peuvent différer et dans certains cas il pourra être utile d’être dans plusieurs réseaux. Mais n’adhérez pas à tous pour autant, cela peut être vite chronophage. Après avoir participé à un de leurs rassemblements (quelques fois avoir simplement assisté à une rencontre peut être bénéfique) et pour ne pas vous épuiser, je vous recommande d’en sélectionner 2 ou 3 maximum : seulement ceux qui sont en accord avec ce que vous êtes et ce que vous faites !

Et petite astuce : Ayez un profil Facebook « Pro », cela vous ouvre vers encore plus de réseaux. Grâce à ce profil que vous utilisez pour communiquer avec vos nouvelles communautés, vous voyez qui va où, avec qui et qui « like » quoi et cela peut vous donner des idées de réseaux à rejoindre ou même de synergie à créer et surtout cela vous informe sur d’avantage d’événements dont vous ne connaissiez pas l’existence avant de rejoindre ces réseaux !

Pour celles qui préfèrent le contact humain, négociez au moins une ou deux soirées dans la semaine pour aller aux afterworks et autres apéro-entrepreneurs qui vous permettront de faire des rencontres et de booster votre activité en vous faisant de nouveaux amis. Sortez de chez vous et assistez aux conférences et autres réunions d’information. Et bien évidemment privilégiez les formules qui vous conviennent le mieux comme le format des déjeuners d’affaires. Essayez les Busymeals par exemple qui s’organisent bien souvent au moment du déjeuner pendant que Poupette et Poupi sont à la cantine.

5. Vous savez compter vos petits (ou grands)? Maintenant, fixez-vous des objectifs pour votre entreprise!

Qui dit objectifs, dit tableau de suivi d’activité ! Avec au moins votre chiffre d’affaires, les dépenses d’activité et le temps passé par types de tâches.

Osez fixer le prix de ce que vous faites à sa juste valeur ! Souvent, lorsque vous exercez votre activité au domicile de votre client, parce que vous n’avez pas de local, vous avez tendance à vouloir être moins cher que vos concurrents ayant des locaux… Pensez plutôt qu’il s’agit d’un service que vous rendez à votre clientèle, et que donc même si vous n’avez pas de frais de local, vous ne pouvez pas prendre autant de clients que dans un local professionnel et que vous avez des temps de déplacements incompressibles. Dans ce cas, déterminez un périmètre d’interventions maximum, un tarif juste qui ne doit pas être forcément moins cher que si vous aviez un local professionnel. Et sachez combien de rdv il vous faudra faire pour atteindre la rémunération visée, charges déduites bien entendu !

Identifiez les temps productifs (facturables) et temps improductifs (non facturables) comme les tâches administratives, commerciales (c’est le cas pour des activités de prestations de services) et intégrez-les à vos tarifs horaires. Et si vous êtes dans une activité de production artisanale ou commerciale, identifiez les temps de production et adaptez votre tarif au temps que vous passez à le construire, que ce soit un collier ou une traduction. Cela vous permettra de bien connaître la rentabilité de votre activité et de ne pas vous épuiser sur des tâches, des activités ou une clientèle peu rentables. Voire même les sous-traiter pour une meilleure rentabilité. Sachez qu’il existe des assistantes administratives indépendantes qui peuvent vous faire gagner un temps précieux, ou encore des graphistes qui vous feront un site internet de qualité avec un rapport coût/temps passé qui pourrait bien être en votre faveur.

Et surtout, soyez agile, adaptez-vous, sachez remettre en question votre modèle économique !

6. "Moi, je suis Mompreneuse !" Ayez confiance en vous, vous êtes fabuleuse !

Oui, j’ai bien dit vous êtes fabuleuse ! Certaines n’ont peut-être pas beaucoup travaillé ces derniers temps… préparation du bébé + congé maternité ça peut aller jusqu’à 1 an sans contact pro…mais je vous rassure en général ça revient comme le vélo ! Sachez-le, vous êtes la même professionnelle, en mieux !

Pour celles qui ont choisi le congé parental, et dont la vie professionnelle date déjà de plusieurs années, dites-vous que vous avez certainement développé bien plus de qualités qu’une personne en activité. Et un peu d’introspection : en devenant maman, vous avez appris plein de choses ! Vous êtes certainement plus organisée, plus astucieuse, voir même vous savez mieux négocier, certes avec un enfant de 5 ans pour qu’il termine ses brocolis mais parfois vos clients peuvent aussi être difficiles à convaincre. Et dans certains cas votre expérience de mère est à l’origine de votre Business ! Donc assumez-vous et valorisez cette expérience à votre manière. Et au pire, si cela gêne certains de vos clients, ce n’est peut-être pas avec eux que vous devriez travailler !

Moi je vous le dis à toutes : Bravo à vous ! Choisir l’entrepreneuriat, c’est à la fois risqué et audacieux et rien que pour cela, cela a le mérite d’être dit, vous êtes des femmes qui en avez !

Mompreneure